25/99 Chantier d’écriture

30 Août

Image

Elle y avait repensé tandis qu’ils renversaient la tête pour contempler les étoiles en rentrant à pied dans la nuit étonamment douce de Val David en cette fin du mois d’août.

Deux portes de lumière violette très dense, l’une plus haute que l’autre, légèrement décalée sur la droite.

Lila la traverse comme elle traverserait une nappe de brouillard: de fines gouttelettes d’une bruine apaisante et parfumée l’enveloppent quelques instants.

De l’autre côté, les 98 voyageurs, assis en tailleur, sont réunis dans une tente de rassemblement pour entendre le Guide des Égarés, à l’abri du vent qui souffle sur le désert.

En vêtements de sport polarisés, le messager est lui-même assis par terre en demi-lotus, les yeux clos, souriant, ses mains dansant devant lui pour ponctuer le discours de la sainte fraternité qui s’exprime à travers son corps de médium.

Le petit garçon de la rue Charton de mon enfance est encore plus mystérieux qu’il ne l’était à cinq ans se dit Lila dans son rêve.

Elle n’entend pas ce qu’il dit, mais les longs silences qu’il laisse planer la nourrissent d’une énergie nouvelle.

Vers cinq heures du matin, heure des Laurentides, elle se réveille et, dans l’espoir de se rendormir, elle lit pendant quelques minutes le troisième volume de la série romanesque mettant en scène le pharaon qui a construit Abou Simbel.

Grâce aux propriétés de la pierre de grès de Nubie et à ses propres dons divinatoires, le pharaon avait concocté un remède qui arracherait la reine aux effets délétères des envoûtements d’un mage noir qui risquaient de la conduire aux portes de l’au-delà.

Ce remède, dit le romancier, contenait: «de la gomme d’acacia, de l’anis, des extraits de fruits  entaillés du sycomore, de la coloquinte, du cuivre et des parcelles de la pierre de la déesse».

Lila referme le livre et glisse de nouveau vers le sommeil: elle se rendort dans la sensation que la glande du thymus, au centre de sa poitrine. palpite comme si elle venait d’être réactivée.

Elle se réveille vers huit heures du matin, complètement reposée, s’installe dehors avec sa tablette électronique pour noter son rêve.

Quand à la seconde porte de lumière violette, Lila ne sait toujours pas ce qui l’attend derrière: peut-être y trouvera-t-elle la clé de voûte de ce roman fractal dont elle a imprimé des centaines de pages parmi lesquelles elle devra choisir avec autant d’intuition que le pharaon sélectionnant  les ingrédients du remède qui a sauvé la reine d’Égypte.

Chantier d’écriture de ©La rose des temps

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :