22/99 Chantier d’écriture

27 Août

Image

Tissant en torsade les fils d’or rose, de soie brute et de vif-argent de son roman sur le Temps, Lila constate que son travail de passementerie fait le pont entre des mondes bien différents.

Pendant que les voyageurs rassemblent leurs affaires, avalent leur petit-déjeuner en contemplant le soleil se levant sur la steppe, puis montent à bord des jeeps qui les emmèneront sur les lieux mêmes du mythique royaume de Shambhala, Lila se prépare au sommeil et à retrouver, en  rêve, la caravane de l’expédition dans le désert de Gobi.

Elle se réveille à l’heure où les voyageurs reviennent au campement de yourtes, après une longue journée dans le désert et au monastère du lama poète.

Dans sa méditation matinale, Lila voyage sur les grincements de poulie des geais bleus jusque dans l’éther où l’accueille le lama mongol au sourire empreint de compassion.

Elle sent tout à coup la présence de l’amie blonde au bout du monde et, paradoxalement, si proche qu’elle entend presque son rire cristallin.

Plus tard dans l’avant-midi, tandis qu’elle marche avec Trésor d’amour vers le chemin de l’Ermitage tout en poursuivant leurs exercices de visualisation, elle aperçoit ce qui semble être un nouveau sentier qui pénètre dans la forêt.

Ils s’y engagent, humant les parfums de mousse et de terre, grimpent jusqu’en haut pour admirer  la vue sur la forêt et les collines environnantes.

Au retour, Lila apprend que le royaume mythique de Shambhala est représenté comme circulaire sur les thangkas et entouré de montagnes.

On y trouve une capitale qui abrite un mandala du Kalachakra tridimensionnel en pierres précieuses ainsi que deux lacs dont celui du Lotus Blanc.

Dans l’essai du lama de la lignée des bonnets rouges qu’elle a lu il y a une éternité, Lila retrouve cette phrase: «Le secret de l’art du guerrier—et le principe même de la vision Shambhala—est de ne pas avoir peur de qui on est.»

Elle aurait bien envie d’en relire de longs passages, mais elle doit bientöt appeler un taxi pour se rendre à Sainte-Agathe-des-Monts pour son cours de conduite de rattrapage.

Elle a déjà repris suffisamment confiance pour conduire à Montréal, mais dans les Laurentides, c’est autre chose et elle préfère réviser avec un instructeur professionnel avant de se lancer sur l’autouroute des vacances.

Pendant ce temps, à l’autre bout du monde, les voyageurs se nourrissent de l’énergie magnétique du lieu.

Chantier d’écriture de ©La rose des temps

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :