98/99 Le géographe

24 Juil

Image

En parcourant les oeuvres mises en ligne par ses contacts sur le réseau ArtStack, Lila revoit ce tableau d’un maître ancien qu’elle a toujours particulièrement aimé: Le géographe.

La netteté de l’image sur sa tablette électronique est renversante.

Le compas à la main, le géographe lève les yeux vers la lumière qui pénètre dans son atelier par la fenêtre, songeant à on ne sait quel paradis terrestre.

Lila entretient depuis l’enfance une véritable passion pour les cartes géographiques dont elle a toute une collection.

Même depuis l’avènement d’applications électroniques aussi fabuleuses que Google Maps, Google Earth et Star Walk, elle garde une affection pour les cartes géographiques, particulièrement les très grandes cartes qu’elle doit étaler sur une table pour les lire, ce qui lui donne impression d’être dans la peau de ce géographe d’un autre siècle en train de cartographier un territoire inconnu.

Lila descend à la cave chercher dans un des grands bacs de plastique où elle range tout un bric à brac dont elle n’a pas vraiment besoin, l’immense carte topographique de la région achetée à l’épicerie du village il y a quelques années.

Elle s’installe dehors, sur la table de pique-nique, bien emmitouflée car, même si le soleil brille, il fait aussi froid qu’en automne.

Étalant la carte, Lila  plonge dans le réseau des lacs et des routes des Pays d’en Haut et se délecte de l’or rose des noms de lieux: Lac de l’Aigle, Lac des Mohawks, lac Violon, lac Noir, Lac Clair, Lac des Sables, Lac Manitou, Lac à la Truite, Chemin de la Rivière,  Chemin du Tour-du-Lac,  chemin de la Vallée Manitou, Petit Quatrième Rang, Saint-Faustin-Lac Carré, Sainte-Lucie des Laurentides, Sainte-Agathe-des-Monts, Val David, Val Morin. Sainte-Adèle, Saint-Sauveur.

Sa rêverie lui fait oublier le froid tandis qu’elle suit des doigts et des yeux des petits chemins qui se perdent dans le plastifié de la carte illuminée par le soleil couchant tandis qu’un minuscule insecte rose entreprend de faire le tour de sa tablette électronique, traversant tout à coup le clavier tactile jusqu’à ce que Lila le fasse grimper sur son petit doigt pour le souffler doucement sur la table où il poursuit son périple, géographe à l’échelle de son monde.

©99fractales pour La rose des temps (roman)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :