83/99 Dans l’or rose du couchant

9 Juil

Image

Ils ont aussi été frères, mari et femme, amants, marins sur le même bateau.

Mais c’est au fils du XVIIIe siècle qu’elle raconte que, devenu adulte, il était venu la voir en canot d’écorce à Tadoussac.

Comme les Indiens l’avaient ramené à elle l’été des ses six ans pour qu’elle lui apprenne le français, il lui confiait à son tour sa fille pour qu’elle puisse lui apprendre à elle aussi les manières et la langue des Blancs.

Il était reparti aussitôt dans l’or rose du couchant, car il était alors truchement dans une grande expédition vers l’Ouest et il lui avait laissé l’enfant pendant plusieurs saisons.

Rrose raconte cette histoire au fils dans l’espoir que la mémoire de cette vie où il avait fini par trouver son chemin l’encourage à faire enfin la paix avec lui-même.

Elle sent tout à coup que la conversation la draine à l’extérieur d’elle-même et qu’elle perd son équilibre.

Inspirant profondément le vert foncé des grandes épinettes à l’orée du petit bois, elle réussit à couper le fil d’intensité qui les relie l’un à l’autre.

Il dit qu’il sait bien qu’il prend son énergie, cette énergie qu’elle lui donne généreusement.

Rrose répond simplement qu’elle a appris à respecter ses limites.

©99fractales pour La rose des temps (roman)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :