68/99 Moment de grâce

24 Juin

Image

C’est vers la fin de la séance sous les étoiles au plateau des dunes de Tadoussac, la veille de la pleine lune, au solstice d’été.

Le Guide des Égarés s’est montré particulièrement subtil pendant toute la visualisation, les envoyant sur la lune pour rêver leur vie, les ramenant sur Terre pour énumérer toutes leurs qualités, les incitant à corriger virtuellememt un moment où ils ne se sont pas trouvés à la hauteur, les ramenant dans le temps, les projetant dans le futur au point où sans doute personne ne suit plus, épuisé par une longue journée au soleil sur la plage de Pointe Rouge puis par une croisière aux baleines ou par une promenade à la Pointe de l’Islet.

Lalila finit par saisir qu’il les mène en bateau et se met à le trouver particulièrement drôle même si elle frissonne dans son anorak d’hiver: le vent s’est levé, elle se tourne sur le côté, enroulée dans sa couverture et contemple la lune presque pleine, rose et chaude.

Des étoiles sont apparues, espacées parmi les voiles légers des nuages.

Le Guide des Égarés s’adresse ensuite au musicien qu’il appelle le « troubadour » et lui demande de faire « danser les étoiles ».

C’est alors que s’élève une musique divine qui s’empare de l’âme.

Une petite phrase musicale, lancinante, se répète et se décline dans une autre tonalité, revient, se reprend: Lalila s’aperçoit qu’elle ne sait absolument pas décrire la musique.

D’habitude, le « troubadour » tire de sa guitare des sonorités presque cristallines, mais, cette fois, on dirait que tout un orchestre l’accompagne.

Subjuguée par l’état de paix qu’elle ressent, Lalila prend conscience de la beauté de ce moment de grâce: elle se rasseoit dans l’or rose de son enchantement et constate que ce n’est pas un enregistrement, que c’est bien le musicien qui joue de son instrument dans la pénombre, mais elle perçoit la lueur bleutée d’un appareil électronique qui y est connecté: elle va trouver le troubadour pour lui dire à quel point sa musique est merveilleuse et il explique, ravi, qu’il a ajouté à sa composition des violons sur tablette électronique.

©99fractales pour La rose des temps (roman)

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :