44/99 Au Bilboquet

31 Mai

Après la séance de Biodanza, le couple de passeurs d’âmes lance l’invitation à tout le monde: il fait chaud, on se retrouve au Bilboquet pour un cornet de crème glacée!

Lalila s’est jointe au groupe en octobre, on est fin mai: elle danse avec eux un soir par semaine, toutes les semaines depuis des mois et pourtant elle sait très peu de chose sur les autres danseurs.

Biodanza se déroule en silence: seule la facilitatrice qui explique les séquences n’y est pas tenue.

Il y a bien un cercle de parole avant de commencer la séance, où chacun raconte l’expérience vécue au cours de la vivencia précédente, mais l’essentiel de leurs contacts passe par le non-verbal.

Sept d’entre eux se retrouvent sur la terrasse de la rue Bernard, commandent des glaces au chocolat, à la pistache ou au caramel et c’est une explosion de mots, un feu roulant, c’en est étourdissant!

L’une explique la puce en polymère sur son téléphone intelligent qui absorbe les ondes magnétiques toxiques et renvoie des ondes incohérentes comme la vie et, par conséquent plus saines.

Les autres écoutent bouche bée la passionaria et manifestent le désir de se munir qui de la puce plate qu’on colle sur son téléphone, qui du pendentif protecteur, qui de l’eau activée comme celle que boivent les astronautes.

La petite blonde qui suit aussi les enseignements du Guide des Égarés raconte aux autres le dernier voyage initiatique à Tadoussac, les méditations au pied des dunes, des heures et des heures au grand air, le rorqual qui avait accompagné leur bateau pendant toute la croisière aux baleines.

Lalila, elle, parle du bonheur des entretiens du soir en haut des dunes, étendus dans le sable, enveloppés dans des couvertures: ah! voir la nuit tomber, les étoiles s’allumer une à une et le vertige de se perdre dans l’or rose des constellations du ciel…jusqu’à ce que quelqu’un d’autre se mette à raconter son projet d’aller passer quelques jours chez les Amish et que la fille qui travaille à Hydro-Québec les surprenne tous en parlant du fait que la technologie est déjà au point pour la voiture qui fonctionne à l’eau, mais que ceux qui la révèlent se font assassiner par les lobbys du pétrole.

©99fractales pour La rose des temps (roman)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :