32/99 Les portes blindées de la mort

20 Mai

Lalila s’interroge sur les vertus de l’autofiction.

Comment raconter ce qu’il faut raconter.

La mort du chat adoré.

La cérémonie avec  des cloches tibétaines,  des  chandelles et des roses, à l’aube.

Puis le téléphone à  la Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux.

Lalila en larmes au téléphone.

La patrouilleuse, trois heures plus tard, qui écoute l’histoire du chat, le prend délicatement dans son linceul égyptien liseré de noir acheté au sortir de l’île de la déesse du feu créateur.

Une journée difficile, à se rappeler la bête sauvage, en contact avec ses instincts qui avait surgi  quand leur chat précédent avait quitté ce monde.

Trésor d’amour explique que les chats c’est comme la fiction, ça dit toujours la vérité.

©99fractales pour La rose des temps (roman)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :