27/99 L’Arbre de la Mémoire de la langue française

14 Mai

Sur Twitter, un lien conduit Lalila à un article sur les puissantes éruptions solaires qui ont eu lieu la veille.

D’après les scientifiques, ces éruptions n’ont aucun impact sur Terre, mais elle sait que c’est faux; ces tempêtes électro-magnétiques agitent les esprits au plus au point, les remuent de fond en comble un peu comme ces détraqueurs qui affectent le petit sorcier de la célèbre romancière britannique.

Trésor d’amour dit avoir vu une femme âgée s’évanouir à la réception à laquelle il assistait, une jeune punk tombée par terre, en larmes, dans le métro, entourée de cinq policiers, un jeune Noir au regard vide: même les grands arbres bordant la rue en rentrant lui ont semblé traversés de courants qui avaient quelque chose de menaçant.

Il lui raconte tout ça assis au pied du lit en buvant son café tandis qu’elle écrit sur sa tablette, emmitouflée dans une jetée car il fait terriblement froid.

Elle lève les yeux vers lui pour l’écouter car il a visiblement besoin d’être entendu.

Trésor d’amour la quitte pour aller répondre dans son bureau à un téléphone au sujet d’une cérémonie en l’honneur du poète centenaire de Trois-Rivières décédé quelques semaines plus tôt et avec lequel il a entretenu une correspondance et des liens d’amitié jusqu’à la fin.

Lalila en profite pour répondre au courriel d’une des organisatrices du Symposium des Jardins du Précambrien à Val David où elle a accepté de faire une présentation dans le cadre d’un projet qui s’intitulait L’Arbre de la Mémoire de la langue française et qui vient de changer de nom.

Depuis qu’elle a entendu quelques mois plus tôt une musicienne à l’éblouissante chevelure blanche formée par un chamane amérindien battre le tambour, elle songe à lui demander de l’accompagner lors de cette lecture/performance qui aura lieu en pleine forêt le long du Sentier de la Poésie.

Mais il lui faut d’abord vérifier si elle peut obtenir un cachet pour la musicienne avec qui elle imagine pouvoir créer l’or rose d’un moment d’enchantement au coeur de l’été.

©99fractales pour La rose des temps (roman)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :