16/99 Le Mur du Temps

3 Mai

Avec un litre de vin rouge, je descends dans la bouette de mon silence car je suis sourde et muette.

Je vis à Paris, sous les ponts.

Je vivais, parce que je suis morte.

Et celle qui m’a assassinée, cette clocharde ivre qui m’a assommée pour me voler mon manteau, je la vois telle qu’elle est quelques siècles plus tard, chiffonnière, chicanière et mesquine.

Et je ris dans mes limbes akashiques parce qu’une claireaudiente du futur m’écoute avec attention et bienveillance.

Elle me chuchote de traverser le Mur d’or rose du Temps, d’aller vers la lumière.

Elle m’assure que je n’ai rien à craindre, que le Temps n’est pas un animal malfaisant, au contraire.

C’est un faisan?

Mais comment se fait-il que je l’entends si je suis sourde?

©99fractales pour La rose des temps (roman)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :