14/99 La mare aux canards

2 Mai

Je suis assise sur le balcon éclairé par un lampion déposé sur la table où nous avons soupé et la flamme vacillante de la lanterne offerte par des amis indiens de passage.

Le ciel était mauve à l’heure du couchant et je choisis l’or rose de la confiance.

Maintenant il fait noir, mais le fond de l’air est doux; j’entends mes frères bavarder en bas; ils travaillent depuis 6 heures du matin, ils doivent être très fatigués.

Je suis descendue à 10 heures; j’avais invité l’amie de mon père à m’aider à trier le linge.

On a travaillé jusqu’à 2 heures de l’après-midi: elle a mis de côté des vêtements de mon père pour son frère qui a la même taille et on a déposé tout le reste au bazar de l’église.

Elle a choisi un des tableaux de mon père celui qu’on a baptisé «la mare aux canards», qu’il avait peint pour ma mère et dont il m’avait fait une copie.

J’ai invitée la vieille dame au restaurant, puis je suis retournée aider mes frères à vider le garage des produits dangereux qu’ils sont ensuite allés porter à l’Eco-Centre pendant que je vidais la dépense.

Nous avons eus de délicieux moments de profondeur, de simplicité et de légèreté.

Maintenant il est tard, on  sort les poubelles et le recyclage, on jase avec un voisin qui aimait bien le chien, à qui on raconte à quel point l’animal était content quand des bénévoles d’un refuge sont venus le chercher, que c’était presque une fête, mais qu’on a pleuré.

©99fractales pour La rose des temps (roman)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :